III. Le Détective Privé

(Chapitre précédent)

Cela faisait plusieurs mois qu’il avait commencé à enquêter sur cette affaire. Tout avait commencé par cette jeune femme qui avait pénétré dans son bureau. D’un faux air hollywoodien, elle était arrivée d’une façon dramatique, vêtue d’un pardessus et d’une cigarette dans le creux de la main.
Très nerveuse, elle lui avait demandé de rechercher son père qui avait disparu. Un journaliste lui avait-il dit.

Ce n’était pas vraiment le genre d’enquête qu’il avait l’habitude et il l’aurait bien volontiers envoyé vers la police. Mais quelque chose lui avait semblé bizarre et il ne savait pas quoi. Il avait fini par maintes pleurs et supplications acceptés de prendre l’affaire.
La jeune femme était repartie en laissant quelques coupures de journaux et l’agenda de son père.
Il lui fallut vraiment longtemps pour essayer de retrouver tout le chemin que le père de la jeune femme avait fait. Et pourtant ce soir-là, il avait enfin réussi.

Il était devant un grand bâtiment, perdu au milieu de nulle part.
D’une certaine façon, le bâtiment lui semblait complètement irréel. Il était grand et austère, mais c’était le style de bâtiment que l’on pourrait trouver au sein d’une grande ville. Pas en plein milieu de la campagne.

Déjà rien que de la façon dont il s’était retrouvé la était bizarre. Il était arrivé en métro via une ligne et une station qu’il ne connaissait pas. Pourtant c’était un habitué du métro parisien et il en connaissait les moindres recoins.
Dans les notes du père, il avait trouvé ce qui lui avait semblé être un étrange algorithme. Une suite de chiffre bizarre.

6 (3), 9 (3), 1 (4), 7 (2), 3 (2), 14 (9), 15 (1)

Il n’a pas trop su comment, mais il essaya d’appliquer l’algorithme au métro. D’abord le numéro du métro et entre parenthèses le nombre de stations après.

S’il partait de Charles de Gaule Etoiles sur la ligne 6 pour arriver au Trocadéro. Il pouvait prendre la 9 pour arriver à Franklin Roosevelt pour prendre la 1 jusqu’au Musée du Louvre. Après il put rejoindre Opéra avec la 7 pour se rendre à Saint Lazare avec la 3. Puis finalement la 14.
Mais si tout semblait coller, les deux derniers chiffres n’allaient pas. Déjà il n’y avait que 8 station après saint Lazare. Et le métro numéro 15 n’existait pas.
Pourtant, ce soir-là il avait essayé le même chemin. Malgré la fatigue, et à sa grande surprise, il y eut bien une station après Olympiades sur la ligne 14.

Il descendit du métro qui était vide. Personne d’autre que lui ne restait dans la rame. Aussitôt après, le wagon démarra et disparut dans la pénombre du tunnel.
Le quai était désert et la Station s’appelait Styx. C’était bien la première fois qu’il en entendait parler.
Il n’y avait qu’une seule sortie qui donnait sur un long escalier et cet escalier semblait interminable.
Le détective finit par arriver sur un nouveau quai avec le chiffre 15 sur les panneaux d’indication ainsi qu’une direction dans une écriture bizarre et tordue.
Il y prit un dernier train qui l’emmena sur une toute dernière station du nom de Rlyeh.

C’était comme ça qu’il s’était retrouvé au sein de nulle part.
Il finit par avancer dans ce bâtiment suivant les pas exacts de la personne qu’il avait suivis. Et il allait lui arriver la même chose…

Sommaire